Mobilité au travail : demain, tous télé-collaborateurs nomades ?

Il existe un domaine où la « flexibilité » suscite l’enthousiasme des salariés : le télétravail, ou home office. Nomadisme, itinérance, coworking, autant de pratiques qui se généralisent : en 2020, plus de 40 % des travailleurs devraient être « flexibles » (chiffre Wework). Alors qu’une loi permet de négocier des accords de télétravail dans l’entreprise depuis 2009 et que plus d’une structure sur deux a mis en place, ou souhaite mettre en place, le télétravail dans son organisation, la France est pourtant en retard par rapport aux autres pays européens. Alors, comment les entreprises, mais aussi les collaborateurs, peuvent-ils s’approprier ces nouveaux modes d’organisation du travail ?

Le télétravail plébiscité par les collaborateurs

Nuage de Tags "TELETRAVAIL" (télétravail à domicile managemenComme le montre une enquête de Nexity relayée par Maddyness en 2017, 66 % des salariés français sont favorables au télétravail, mais ils ne sont que 16 % à en bénéficier. Lorsqu’ils y ont accès, les collaborateurs s’en déclarent satisfaits à 95 %, disposant d’outils performants pour gérer la distance, rencontrant suffisamment leurs collègues et ayant davantage de facilité à se concentrer. De façon générale, le télétravail permet aux salariés d’économiser le temps perdu dans les transports, la durée moyenne d’un trajet domicile-entreprise étant de 37 minutes en Île-de-France et de 24 minutes en province… Plus souple, cette forme de travail limite le stress et favorise un meilleur équilibre vie privée-vie professionnelle.

Télétravail, nomadisme, coworking : des bénéfices réels pour l’entreprise

Pour l’entreprise également, les gains peuvent s’avérer multiples, le premier d’entre eux concernant le management, même si des efforts s’avèrent nécessaires dans un premier temps. Manager à distance suppose de développer la confiance envers les collaborateurs et d’établir une meilleure communication ; ceux-ci accroissent en parallèle leur autonomie et la cohésion des équipes doit être consolidée. In fine, la culture d’entreprise se transforme. Autant d’éléments susceptibles d’impacter positivement la QVT et l’engagement des collaborateurs, notamment des générations Y/Z qui plébiscitent la flexibilité, le bien-être et la co-construction. Le travail à distance a par ailleurs un réel impact économique pour les entreprises, améliorant la productivité des salariés – de 10 à 15 % selon l’enquête Nexity – tout en induisant une baisse de l’absentéisme et du turn-over. Conséquence : les coûts RH diminuent. D’autre part, alors que le coworking touchait principalement les freelances et travailleurs indépendants, de plus en plus de TPE/PME y ont recours, délaissant la location « traditionnelle » pour des raisons budgétaires : selon une enquête de La fonderie et Bureaux à partager réalisée fin 2015, 49,5% des coworkers sont désormais des salariés.

Quels sont les freins à la mobilité au travail ?

Selon le Baromètre RH 2017 réalisé conjointement par l’Université Catholique de l’Ouest et la société Bodet Software auprès d’un panel de 302 professionnels appartenant principalement à la DRH, la gestion du temps de travail (40,5 %) et la sécurisation des données et la confidentialité (32,6 %) constituent les deux principaux freins à une plus grande pratique du télétravail. La résistance au changement des managers et de la direction arrive en troisième position à 21,1 %. Parmi les conditions suggérées par les DRH pour lever les appréhensions au développement du travail à distance, la première serait, pour 41,6 % d’entre eux, d’améliorer les flux d’informations entre le salarié et son entreprise. Autres aspects mis en avant, le contrôle du travail effectif, le respect de la confidentialité et la sécurité des données. D’autres raisons sont parfois évoquées : le manque d’espaces de télétravail adaptés ou d’outils digitaux suffisamment innovants et, du point de vue du collaborateur, la peur de l’isolement. Une vérification de la qualité des installations électriques personnelles des collaborateurs peut d’ailleurs s’avérer nécessaire.

Les solutions Bodet Software : un temps d’avance

En matière de mobilité au travail, Bodet Software fait figure de précurseur : dès 2011, la société propose une solution de gestion de temps pour le personnel itinérant, Kelio Mobile, qui permet par exemple à un chef d’équipe de badger les heures d’arrivée et de départ des membres de son équipe avec un simple smartphone. Aujourd’hui, avec la solution Kelio Mobile, les collaborateurs peuvent gérer directement un certain nombre de leurs activités, en toute simplicité. De la déclaration des temps de travail pour la prise en compte et le paiement des heures effectuées, aux demandes d’absences et de congés ou encore, à la vérification des données de pointage et à la consultation de leurs résultats personnels, la solution Bodet Software permet de simplifier la gestion des temps de travail des salariés . Du côté des managers, la validation des demandes d’absences se fait quasiment en temps réel, la gestion des temps de présence et d’activités de leurs collaborateurs devenant beaucoup plus souple et rapide. Le bénéfice est également conséquent pour le personnel itinérant. Responsable de la rémunération et des avantages sociaux chez Securitas Securitas Direct (le leader européen de la télésurveillance intrusion et incendie destinée aux particuliers et aux petits professionnels), Catherine Virloire en témoigne : « Kelio Mobile a très vite été adopté par les itinérants qui sont friands de solutions mobiles simplifiant leur quotidien ». Ces derniers apprécient sa grande facilité d’utilisation ou le fait de pouvoir poser leurs demandes de congés via le smartphone et d’obtenir rapidement une réponse en ligne.

En pleine expansion en France, les nouveaux modes de travail répondent à la transformation digitale de l’entreprise qui induit des changements majeurs en termes d’organisation et de management, et une demande d’agilité accrue vis-à-vis des collaborateurs. Or ces derniers aspirent à davantage de souplesse et de confort et les solutions digitales disponibles, facilitent cette nouvelle organisation. Reste donc, pour chacun des partenaires, à oser se connecter à cette nouvelle « ère » !

Partagez cet article sur :Tweet about this on TwitterShare on Facebook1Share on Google+0Share on LinkedIn27
 

Auteur : Laure.P

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.