Reconnaître les compétences : le badge, outil d’employablité et de mobilité

Le badge de compétence est une pratique récente, née à l’Ecole de la Deuxième Chance de Nantes en 2013, sous la direction de Fabrice Charbonnier, et qui connaît depuis un intérêt particulier. Version moderne du livret de compagnonnage du Moyen Âge, cette pratique n’a rien à voir avec un CV, qu’elle complète cependant très bien.
Competences

Amélioré par plusieurs centaines de personnes, le badge de compétences est une pratique simple qui s’insère facilement dans la démarche portfolio, les entretiens professionnels, les entretiens d’évaluation, le LIF (Livret Individuel de Formation), les démarches de Validation des Acquis de l’Expérience (VAP, VES, VAE), les démarches de gestion des emplois et compétences (GPEC), dans l’entreprise ou sur un territoire (GTEC), et dans les démarches de reconversion professionnelles, dans les programmes de mobilité et de sécurisation des parcours professionnels.

Le principe : l’auteur du badge est l’acteur de la compétence

Un badge est un support (fiche A4, poster, objet, carte etc..) décrivant de façon formelle une expérience, un projet, une compétence, ou une micro-compétence. Le périmètre de la compétence est choisi par son auteur-réalisateur (large, étroit, moment fulgurant ou longue période de travail).

L’auteur du badge est nécessairement l’acteur de la compétence, et lui seul, même s’il peut se faire aider. Il faut 1 à 2 heures pour apprendre à décrire un badge, compétence qui sera ensuite utile durant toute la vie. La structure du badge reprend le processus de description et de reconnaissance des compétences utilisées par tous les recruteurs et managers du monde économique moderne, que nous avons décrit ici avec la main comme moyen mnémotechnique : la trame du récit explicite la situation (associé à la main comme moyen mnémotechnique) pour décrire une expérience où j’ai développé une compétence.

La trame du badge : un récit en 7 étapes

  1. Badge CompetencesEntête (= introduction du récit) : Nom + prénom + Titre de la compétence + Photo du titulaire du badge en situation de travail significative + logo de la structure
  2. Titre de la mission (= pouce ) : 3 à 10 mots décrivant au mieux la compétence, la responsabilité, la mission.
    1.1 Son contexte :  C’était où, quand, quelle durée, lieu ou entreprise, service…
    1.2 Ses enjeux : Gains recherchés par la structure à travers ma mission / Pertes que la structure cherche à éviter à travers ma mission.
  3. Mes objectifs (= index) : Ce que je devais atteindre comme but, comme résultats, indicateurs chiffrés, ratios, niveaux de qualité…
  4. Mes actions (= majeur) : J’ai fait… / Phases, actions, réalisations, et avec quelles méthodes, techniques, trucs et astuces, et outils utilisés / Structurer la description de façon logique, chronologique, ou schématique / Spécifier bien le « Je » acteur de l’action
  5. Mes résultats (= annulaire) : Indicateurs quantitatifs et qualitatifs, chiffres clés, produits, livrables,  leurs effets et conséquences
  6. Mes preuves (= auriculaire) : Photos, attestations, contrats, rapports, certificats
  7. Mes témoins disent (= conclusion du récit) :  Sur mon efficacité, ce que disent mes responsables, collaborateurs, clients, collègues, ou tout autre tiers attestant de l’efficacité de mon action.
  8. Signature et coordonnées.

La validation du badge : par les plus légitimes

Le badge n’est pas déclaratif. Il n’a de valeur que s’il est validé ! La validation du badge (date, tampon de la structure, signature(s)) doit être effectuée par la ou les personnes les plus légitimes pour reconnaître le caractère d’efficacité de l’action décrite dans le badge : le manager, le tuteur, les collègues, les clients, les usagers, les bénéficiaires de la compétence…

L’usage du badge : toute circonstance demandant de prouver ses compétences

Le badge s’utilise par son auteur tout au long de la vie, ou ses managers et Responsables Ressources Humaines pour :

  • une candidature dans un recrutement et l’entretien de recrutement ;
  • une candidature dans une école pour la reprise d’études ;
  • un dossier de VAP, VAE, VES (reconnaissance des acquis de l’expérience) ;
  • la capitalisation dans son portefeuille de compétences ;
  • un dossier d’appel d’offre, où l’on demande des preuves de réalisations ;
  • une revue de carrière, en préparation d’une reconversion professionnelle ;
  • un bilan de compétences, pour redéfinir son projet professionnel ;
  • l’entretien professionnel, pour valider une reconnaissance interne ou une habilitation ;
  • une revue de polyvalence dans une équipe opérationnelle ;
  • un entretien de carrière et de mobilité interne (reclassement) ou externe dans un PES ;
  • un entretien de valorisation de ses compétences, et de négociation d’augmentation de salaire ;
  • un accompagnement ou un coaching de carrière ;
  • etc.

L’outil « 3.1 C Badges pour reconnaître les Compétences » est disponible en téléchargement sur le site http://accompagner-demarche-portfolio.fr.

En partenariat avec la web TV de l’UCO, nous vous proposons de découvrir quatre conseils pour développer son employabilité.

Conseils de Pros 1 – La démarche Portfolio from UCO WebTV on Vimeo.

 

Philippe GAUTHIER,
Responsable de formation RH – Université Catholique de l’Ouest

Bibliographie :
Gauthier P. et Pollet M. (2013). Accompagner la démarche portfolio, De l’insertion professionnelle à l’employabilité durable. Paris : Editions Qui Plus Est.

Partagez cet article sur :Tweet about this on TwitterShare on Facebook2Share on Google+0Share on LinkedIn27
 

Auteur : Laure.P

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.